Articles/ Produit locaux

Tout sur le baobab : histoire, vertus et recettes

S’il y a un fruit qui a absolument le vent en poupe en ce moment c’est bien celui du baobab. Oui les super-aliments sont à la mode et après les graines de chia et consort c’est autour du bouye d’attirer l’intérêt des consommateurs occidentaux. Mais que sais t-on du baobab  ? J’ai envie aujourd’hui de vous parler de cet arbre pétri de richesses.

Le baobab est présent dans 31 pays d’Afrique dans les régions les plus sèches du sud Sahara jusqu’aux forêts à Madagascar. Il est sacré dans de nombreuses cultures où il est interdit de les couper. Cet arbre majestueux à croissance lente et doté d’une longévité exceptionnelle, estimée jusqu’à 2000 ans.

Emblème du Sénégal, le baobab constitue dans de nombreuses ethnies, l’arbre à palabres ou le village se retrouve pour discuter de la vie sociale, de politique, ou pour écouter les histoires et enseignements des conteurs. D’ailleurs aussi longtemps que je m’en souvienne je retrouvais cet arbre dans la plupart des contes qui ont bercés mon enfance surtout ceux dont la moralité était l’humilité.

 

Des branches aux allures de racines

Vous vous demandez pourquoi le baobab a un aspect si particulier? Eh bien D’après le mythe, lorsque Dieu créa la terre et tout ce qui s’y trouve, il plaça dans un jardin un baobab. Toute la végétation était en admiration devant ce bel arbre majestueux, si grand, si large, si puissant. Les oiseaux venaient nicher dans ses branches fournies, les animaux aimaient se reposer à son ombre fraîche. Chacun lui faisait des compliments sur sa taille, sur sa beauté, sur son large tronc, chacun le remerciait d’être si utile pour les animaux. Si bien que le baobab en devint orgueilleux. Alors pour le punir Dieu, le déracina et le replanta à l’envers. Voilà pourquoi il ressemble à ce qu’il est aujourd’hui, ses branches sont en fait ses racines.

L’arbre pharmacien

 

 

Les différentes parties (racines, écorces, feuilles, pulpe et graines) sont utilisées à des fins thérapeutiques et nutritionnelles. Dans la pharmacopée traditionnelle africaine, le baobab entre dans la préparation de nombreux remèdes. Il est appelé l’arbre médicament ou l’arbre du pharmacien.

Le fruit vert et ovale, renferme une masse blanche et spongieuse qui abrite de nombreuses graines. Super aliment incontestable, la pulpe de baobab est particulièrement indiquée lors de la convalescence, après un épisode infectieux, lors d’une baisse de forme et d’une baisse des défenses immunitaires.

Bouyec1.jpg

 

 

Savez vous que le bouye, fruit du baobab :

– contient une grande quantité de vitamine C (6 fois plus que dans l’orange ), de calcium (3fois dans le lait) et de potassium (6 fois plus que la banane)

– est riche en vitamines A, B1, B2, B6 et PP

– est une source de phosphore, de fer et d’antioxydants (4 fois plus que le kiwi)

Les feuilles sont riches en micronutriments et en oligo-éléments.

  •  Un fortifiant naturel

La pulpe de baobab appelée bouye est très riche en acides organiques, calcium et vitamine C. Sa forte concentration en vitamine C (environ 3000mg/kg) en fait un excellent remède contre le scorbut. Les autres composants du baobab ne sont pas en reste. Les feuilles sont très concentrées en protéines et en calcium tandis que les graines sont très riches en oligoéléments et diverses autres vitamines. Tous ces composants naturels font du baobab une source quasi inépuisable d’énergie pour l’organisme. On peut consommer le baobab sous forme de poudre, de boissons de tisanes ou de décoctions. Quelque soit la formule choisie, le baobab apporte de la tonicité et de l’énergie à l’organisme. Ainsi, il est particulièrement recommandé aux enfants en période de croissance et aux personnes âgées.

  • Contre les maux gastriques

Grâce à sa teneur en acides organiques principalement les acides citrique et tartriques, le baobab permet de soigner de nombreux maux gastriques notamment la dysenterie, la diarrhée et les inflammations du tube digestif. Le baobab aide également à lutter contre la déshydratation causée par ces maux gastriques. De plus grâce à sa riche teneur en fibres, il permet de maintenir le système digestif en bon état. Le baobab est également un puissant remède contre le paludisme.

  • Un puissant fébrifuge

L’écorce du baobab est réputée pour ses propriétés fébrifuges. Ainsi, une infusion ou une décoction de baobab permet de lutter efficacement contre le paludisme mais également les accès de fièvre. Les vitamines contenues dans la pulpe sont également essentiels pour effectuer une cure ou pour aider à la remise en forme des personnes convalescentes.

  • Vertus anti inflammatoires

De nombreuses études ont démontré les vertus anti inflammatoires et anti-oxydantes du baobab. On le recommande pour les personnes atteintes de cancer, de maladies auto-immunes et diverses autres maladies inflammatoires. Dans l’organisme, il joue un rôle hépato protecteur. Grace à son apport essentiel en bonnes bactéries, il permet également  de venir à bout des inflammations de l’intestin. On utilise également le baobab plus précisément son huile pour soulager les douleurs musculaires.

  • Pour lutter contre la carie dentaire

La propriété analgésique du baobab est très souvent exploitée pour venir à bouts des douleurs et maux de dents. En particulier pour la carie dentaire, il est recommandé d’appliquer sur la dent malade la sève de baobab. Les graines de baobab sont également utilisées en médecine traditionnelle comme traitement contre la carie dentaire. A ce titre, elles sont réduites en poudre appliquée sur la dent malade.

  • Pour traiter l’arthrose et la polyarthrite

Le phosphore et le calcium sont essentiels pour la santé des os. A titre comparatif, une pulpe de baobab contient deux fois plus de calcium qu’un verre de lait. L’apport de ces différents composants est essentiel pour l’organisme en particulier les malades souffrant d’arthrose ou de polyarthrite. Très riche en potassium, le baobab favorise la bonne marche du système musculaire tout entier. Son effet antalgique aide également à mieux gérer les conséquences afférentes à ces deux maladies.

Un arbre à trésors

baobab3.png

Presque toutes les parties du baobab sont comestibles :

– Les jeunes pousses et les racines sont mangées comme des légumes, un peu comme des asperges.

– Les feuilles fraîches peuvent être consommées en infusion ou en bouillie

– Les feuilles séchées sont réduites en poudre et servent de liant au couscous de mil ou de fonio (lalo).

– Les graines sont pressées pour en faire une huile alimentaire, mais aussi utilisées pour la fabrication de savon et d’engrais. Torréfiées, on s’en sert aussi comme remplaçant du café. Au Mali et au Sénégal, les enfants les sucent comme des bonbons pour garder en bouche la saveur acidulée de la pulpe. En Tanzanie, on s’en sert enrobées de sucre rouge pour faire du “mbuyu”, une friandise très populaire.

– La pulpe du fruit, partie la plus fréquemment exploitée, est utilisé traditionnellement pour faire du jus de bouye en wolof bouye ou baak (voire bakou þaak) en langue sérère ou encore le « ngalax » : un mélange liquide sucré à base de pâte d’arachide, de pulpe de fruit du baobab et de farine de mil roulée cuite est surtout préparé à l’occasion de fêtes religieuses.

baobab2.png

 

Mes recettes à base de bouye

Retrouvez sur mon blog une multitude de recettes à base de bouye:

Sources:
Canva (Photos de Baobab)
Mbaye N.A, Saveurs Subsariennes- Trésors et recettes de l’Afrique de l’Ouest, Paris, France
Kerharo J., Adam J.G., La pharmacopée sénégalaise traditionnelle – Plantes médicinales et toxiques, Vigot Frères, Paris, France, 1974. Google Scholar

Facebook Comments

You Might Also Like

No Comments

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

error: Content is protected !!
%d blogueurs aiment cette page :